Mission de vie

Mar 18, 2020

Quelle est ma mission de vie sur Terre?

J’ai longtemps été troublée par cette question.
Peut-être que je ne me sentais pas vraiment à ma place dans mon environnement…
Peut-être que j’avais conscience de mon potentiel, et que je craignais qu’il ne soit pas employé à bon escient…
Peut-être que je me sentais démunie, perdue…
Frustrée-paniquée de ne pas trouver « ma place » …

Une chose est sûre : Je ne me sentais pas épanouie.  

En parallèle, je continuais d’avancer. À travers mes « objectifs » : Études, permis, diplômes, voyages, expériences professionnelles,…

J’avançais avec succès vers les « check-points » que je m’étais fixés. Pourtant, arrivée chaque fin de journée, je me sentais perdue. Il m’était crucial de « trouver ma voie ».
Sinon « Qu’est-ce que j’allais faire de ma vie !? » 

J’avais peur de faire « fausse route »

J’ai toujours été admirative de ces personnes qui dès l’enfance cultivent un rêve de gosse. Ces rêves, qui deviennent ensuite plus tard « une vocation ».  Envieuse, de ces chemins  « déjà tracés ».
J’ai trop souvent été désespérée de ne pas ressentir de vocation particulière. Être capable de faire beaucoup de choses, être compétente dans plusieurs domaines… Mais « heureuse » dans aucun.

Quelle horrible frustration !   

Ne trouvant pas la réponse en moi, je l’ai cherché ailleurs. … Numérologie, angéologie, chemin de vie et autres penchants ésotériques, voire new-age… Je cherchais à découvrir la « divine mission » qui m’était réservée…

Que quelqu’un, quelque part, puisse répondre à ma question existentielle:

« Quelle est ma mission de vie? »

 … J’ai enfin trouvé la réponse !

Ou plutôt, j’ai cessé de me torturer et de paniquer avec ce problème. La réponse, c’est qu’il n’y a aucune réponse  « matérielle ».  Aucune réponse spéciale. Je cherchais une activité épanouissante. 

Je cherchais à « faire » un travail 
pour « être » épanouie.

Je prenais le problème à l’envers !


Et si la mission d’une vie, c’était « d’être » tout simplement ? Être pour faire et être « en faisant ».

Être heureux.
Être soi-même.
Complètement.
Vibrer ce que l’on est vraiment au fond de notre être. Guéri de toutes douleurs et blessures d’âmes, de toute dépression, de toutes les culpabilités…

 

Pour s’autoriser enfin le bonheur !
Et dans ce même élan,
se diriger le plus possible,
petits pas par petits pas, vers le bien-être
en faisant ce qui nous plait et qui nous fait vibrer de plus belle ! Créer un cercle vertueux.

Je pense que notre mission sur Terre, dans la vie, c’est d’être heureux. Vibrer ses couleurs !

Et pour cela, nous ne pouvons qu’être nous-même.

Pour enfin « Thrive ».  Ce verbe anglais qui signifie à la fois se développer, prospérer, réussir et profiter.

 

Être  « Qui Je Suis ». Abandonner tous les masques que je crois être, pour atteindre qui je suis vraiment.
Pour être vraiment heureuse. 
Vraiment s’autoriser à être bien.
Et cesser de considérer le bien-être comme une récompense d’un travail aliénant.
Ni ne considérer inconsciemment que l’on a le droit d’être heureux que si je souffre suffisamment avant…

C’est le raisonnement que j’ai réussi à déterrer de mon inconscient, grâce à une aide psychologique.

« Que la vie était dure parce qu’il fallait mériter son bonheur… »

C’est l’accord que je me suis rendue compte avoir passé avec moi-même, il y a fort longtemps.
Mais cet accord porte une grave atteinte à mon bien-être. Je ne mérite pas cela !

Je décide de rompre cet accord néfaste.

Je décide que la vie est facile, que j’ai le droit au bonheur.
Je décide que la vie est belle. Que j’ai le droit d’être heureuse.
Que la vie est là pour nous faire grandir et nous rendre heureux.

   

~ Chéanayah, Exploratrice de Vérités

Et vous, êtes vous heureux? Quelle culpabilité vous ronge? – Quels accords vous plombent?